Cantines Bio de Pamiers

Publié le par Raymond

La dépêche du midi

À Pamiers, la semaine du Goût, c'est toute l'année Développement. La ville de Pamiers est la première de Midi-Pyrénées à opter pour la cantine scolaire bio. Une formule qui fera des émules. Chaque jour, c'est la fête dans les assiettes à la cantine. Photo DDM, Xavier Olmos. Chaque jour, c'est la fête dans les assiettes à la cantine. Photo DDM, Xavier Olmos. Au menu de la cantine scolaire de Las Parets, un velouté de légumes, un rôti de bœuf du Couserans, du fromage de brebis bien de chez nous et un yaourt à la vanille brassé avec amour dans nos campagnes, le tout accompagné d'un petit pain aux céréales. Un menu entièrement bio que les papilles de la nation, près de 6 millions d'élèves en France, aimeraient bien voir dans leur assiette en lieu et place des steaks caoutchouteux et autres bâtons de poisson qui portent bien leur nom. Pour André Trigano, le maire de Pamiers, plus intraitable que le traiteur de la pub lorsqu'il s'agit de l'alimentation de ses petits administrés, « tout commence par l'alimentation. C'est une question de bonne santé et l'occasion pour les enfants de manger équilibré et sain au moins une fois dans la journée. Ces repas ont été élaborés avec le concours de nutritionnistes. Regardez ces p'tits, ils ne sont pas obèses ! Et puis c'est l'occasion pour nous de promouvoir l'agriculture de proximité avec la recherche de producteurs locaux bio », précise le premier magistrat, entouré d'enfants qui viennent s'agglutiner autour de lui pour lui serrer la main. Une popularité qui n'a rien à envier à celle de Zidane. Seul le prix n'est pas bio Dans l'assiette donc, l'alimentation servie est bio pour toutes les viandes, les laitages et le pain. L'approvisionnement est prioritairement axé sur les producteurs locaux. Les plats sont cuisinés et préparés à partir de produits frais de la saison, in situ par des professionnels de la restauration au statut d'employés communaux. Les produits bio ayant la réputation d'être chers, ici, à Pamiers, le tarif de la cantine n'est pas à proprement parler indigeste pour le budget des ménages : 1,75 euro. Un record pour ce type de repas. À titre indicatif, les parents d'une ville comme Lourdes doivent débourser 2,70 euros pour un repas ; certes à Pamiers, la ville prend à sa charge la différence sur un prix de revient total moyen d'un repas qui est de 4,05 euros (denrées et charges). Quoi qu'il en soit, le succès est au rendez-vous. Si journalièrement 270 repas étaient servis en moyenne en 1999, aujourd'hui c'est presque 700 ! » À Pamiers, les enfants chantent toujours « Je préfère manger à la cantine, avec les copains et les copines », mais ils ne disent plus : « Et même si la viande est dure comme du caoutchouc, au moins je suis sûr de rigoler un bon coup !

Commenter cet article