Pamiers: André Trigano prend un arrêté municipal contre les OGM

Publié le par Raymond



Il en avait été question lors de la séance du conseil municipal du 22 mai 2008 lorsque Françoise Matricon l’avait évoqué.

Le Maire de Pamiers, André Trigano avait alors confirmé sa désapprobation contre l’utilisation des OGM et ajouté qu’il prendrait une délibération lorsque la légalité aura été validée.

C’est chose faite aujourd’hui avec l’actualité récente sur la commune du Thor.
Le maire de la commune appaméenne s’est positionné contre les OGM.

Il a signé l’arrêté interdisant l’utilisation des organismes génétiquement modifiés sur Pamiers. Une initiative qui réjouit Françoise Matricon, l’élue des verts:

«Des maires, des responsables de collectivités, s’impliquent dans cette histoire. Ils n’ont pas l’impression que cela ne les concerne pas et utilisent le droit pour freiner ce développement des OGM qui est un non sens.

Je suis ravie bien sûr que le Maire de Pamiers ait pris la décision de prendre un arrêté interdisant la culture des OGM sur la commune de Pamiers.

De toute façon, le maire peut utiliser son pouvoir de police au niveau de la santé et pour les OGM on ne sait pas ce que cela va donner dans le domaine de la santé justement, rien n’est bien clair avec de fortes présomptions de nuisances.

S’il y a un domaine où c’est très clair, c’est l’environnement, la dissémination, la disparition des espèces primaires, modifiées. C’est grave.

Il est vrai que pour l’instant, il n’y a pas d’agriculteurs bio à Pamiers, c’est dommage, mais cela étant dit, les agriculteurs conventionnels qui doivent pouvoir le faire ne veulent pas utiliser les OGM.

Les OGM sont des espèces animales végétales dont on a modifié l’ADN et qui ont des propriétés spéciales, par exemple, résistantes à certains pesticides.

C’est un «pousse au crime» parce que contrairement à ce qu’on veut faire croire, cela permet de répandre des doses encore plus importantes de phyto, sans compter les plantes qui, grâce à un gène spécifique développent leur propre pesticide qui n’en reste pas moins du pesticide.

On met même des gênes de poissons dans les fraises! On essaie de modifier la nature»

Jusque là, seul le Maire de Montagagne, Dominique Masset, avait pris un arrêté sur sa commune au mois d’août 2008.


Retrouvez cet article dans son contexte avec   ARIEGENEWS

Publié dans Ecologie Ariège

Commenter cet article