Le Sabarthès premier éco-collège d'Ariège

Publié le par GE.ARIEGE

Article La Dépêche du Midi

Encadré par Sandrine Saint-Genès et Véronique Snauwaert, le club de volontaires qui a fait entrer le collège du Sabarthès dans le club très officiel des éco-écoles./Photo DDM.
Encadré par Sandrine Saint-Genès et Véronique Snauwaert, le club de volontaires qui a fait entrer le collège du Sabarthès dans le club très officiel des éco-écoles./Photo DDM.
Encadré par Sandrine Saint-Genès et Véronique Snauwaert, le club de volontaires qui a fait entrer le collège du Sabarthès dans le club très officiel des éco-écoles./Photo DDM.

Depuis 1992, il existe dans le monde un réseau d'éco-écoles qui fédère autour du thème de l'écologie quelque 25 000 établissements dans 44 pays. Si 8 écoles d'Ariège ont leur label, un seul collège l'a obtenu : celui de Tarascon. Sandrine Saint-Genès, professeur de physique, l'une des initiatrices du projet, explique la démarche : « Les tout-petits sont sensibilisés dès la maternelle aux gestes simples comme le recyclage. Nous avons eu envie, au collège, de prolonger ces pratiques en faisant prendre conscience à nos élèves des enjeux de l'environnement. En 2010, nous avons ouvert un club de sept volontaires motivés et nous avons ensemble réfléchi sur le traitement des différents déchets au sein du collège. » Les idées sont venues des élèves eux-mêmes : implanter dans la vie scolaire des collecteurs pour les piles usagées, les déchets électroniques, les cartouches d'encre, les bouchons ou dans les classes des récupérateurs de papier, soit pour en faire des brouillons, soit pour le recyclage, installer un panneau d'informations. Quand ils ont présenté leur projet dans les classes, tout le monde s'y est mis, personnel administratif, agents, élèves. Quant aux professeurs, chacun dans sa matière a inscrit l'éducation à l'environnement et au développement durable dans sa pédagogie pour une sensibilisation tous azimuts.

L'INDISPENSABLE ÉCO-CODE

Mais pour obtenir le label, il faut un éco-code. Les élèves de troisième ont donc écrit le texte d'une chanson, qui a ensuite été enregistrée en avril 2010 par toute la communauté du collège. En 2011, l'aventure continue : le club s'est étoffé et travaille sur les déchets, tandis que l'atelier scientifique de quatrième 1 travaille sur le thème de l'eau. Plus qu'un logo ou une reconnaissance officielle, cette démarche de l'établissement tout entier fait entrer l'éducation à l'éco-citoyenneté dans le quotidien des élèves et de leurs familles : une prise de conscience agissante qui pourrait bien faire évoluer les pratiques en faveur de l'environnement.


Sept étapes

Pour obtenir la labellisation éco-école, un jury de l'of-FEEE (Office français de la Fondation pour l'éducation à l'environnement en Europe) évalue la mise en œuvre de sept étapes logiques et veille à la qualité des démarches engagées en garantissant leur reconnaissance aux plans national et international. Renseignements sur www.eco-ecole.org

 

Commenter cet article